Conseil municipal du 15 décembre 2016

Gymnase Terray et Mermoz : une rénovation luxueuse.

Les travaux de rénovation des gymnases Terray et Mermoz ayant pris du retard, l’autorisation de programme/ crédit de paiement est révisé. D’emblée, il apparaît que l’ampleur du projet proposé dépasse clairement le programme de mandature de la majorité qui avait listé un projet « Rénovation et isolation des deux premiers gymnases ». Antoine Ser reprend le détail des coûts de ces travaux et démontre que sur les 6,3M€ TTC dépensés dans ce projet, au moins 2 M€ relèvent uniquement d’opérations d’embellissement des structures sans intérêt direct. Pour les autres 4,3 M€, le rapport avec les opérations de rénovation et d’isolation pourrait être discuté. D’autres projets plus prioritaires d’aménagement urbain comme l’enfouissement des réseaux à un rythme raisonnable, la continuité de la promenade de l’Yvette ou bien la mise en place d’une salle des associations décente ne sont eux même pas envisagés. Il reste surprenant de voir ce projet ambitieux prendre place dans une commune qui a déjà la caractéristique de disposer d’équipements publics correspondants aux besoins d’une ville de 25 000 habitants(1). Rappelons-le, les Villebonnais ne sont qu’au nombre de 10 000. Curieusement, les élus de NEPV n’avaient pas été invités à la réunion de présentation du projet aux associations sportives de Juin 2016(2). Cela aurait pourtant été intéressant d’entendre les premiers intéressés expliquer publiquement leurs besoins et se positionner sur ce projet.

(1) Cette assertion que nous rappelons est celle du commissaire enquêteur sur la révision du PLU dans son rapport d’enquête, rapport que vous pouvez retrouver sur notre site à l’article correspondant.

(2) L’invitation de tous les élus à ce type de réunion est une tradition républicaine, un signe de volonté démocratique. A Villebon sur Yvette, on préfère oublier certains élus.

Présentation du rapport du SIAHVY : la discussion tourne court comme souvent quand le sujet arrive sur le problème de la prévention des inondations.

Cet exercice annuel permet de faire le point sur les réalisations passées mais surtout aux élus de NEPV de revenir sur quelques sujets d’importance à la lumière des événements de mai/juin. Le système d’alerte inondation n’était effectivement plus aussi opérationnel qu’il aurait dû l’être et le dispositif est modernisé avec la possibilité à venir pour les riverains de s’inscrire pour recevoir directement l’alerte par SMS. En dépit de nos questions, il n’a pas été possible de connaître les actions programmées par la ville dans le cadre du contrat de bassin « Vivre avec l’Yvette ». Seule avancée par rapport à la réunion publique de juin, au cours de laquelle le maire avait été particulièrement véhément contre des habitants qui l’interrogeaient sur ce sujet, il a été dit qu’ « une réponse sera envoyée prochainement ». Dans l’intérêt de tous , nous veillerons à ce que cette promesse ne soit pas oubliée.

C’est sur la zone de la Prairie que les leçons des événements passés vont peut-être s’appliquer. Jusqu’à présent, l’ancien hippodrome était voué à accueillir une ferme pédagogique, un projet séduisant mais les faits imposent de réfléchir à en faire une zone d’expansion des crues. Des discussions avec Immochan, le propriétaire du terrain serait en cours. De même sur les 28 hectares d’exhaussement de terrain qui étaient envisagés par la société ECT, quelques hectares (2 ou 3 ) seraient épargnés pour l’expansion des crues. Il est clair et les associations qui suivent la gestion de l’eau n’ont de cesse de le répéter : il faut anticiper la survenue des crues et pour cela ne pas transformer le fond des vallées en montagnes comme ECT se proposait de le faire avec la bénédiction de la mairie.

Alors que le débat était en cours, de manière très abrupte, ces discussions et questions étant jugées non pertinentes, le maire met fin abruptement aux échanges en intimant à la directrice du SIAHVY de cesser de répondre. Les débats en conseil sont publics et font l’objet d’un procès-verbal consultable par tous. Les réponses à nos questions faites par la directrice adjointe du SIAHVY n’auraient-elles pas vocation à être entendues par la population et en particulier celle qui subit les inondations ?

Nous n’aurons pas droit à la présentation du rapport sur la distribution d’eau potable. Il s’agit maintenant d’une compétence intercommunale. Dommage, de nombreuses questions se posent sur l’entretien du réseau, l’extension de celui-ci via un avenant avec pour conséquence une augmentation du prix au m³ .

Discussion budgétaire

Le budget investissement proposé est difficilement lisible. Une dépense conséquente, la surcharge foncière pour l’EHPAD 690 000€ est listée comme couverte par l’emprunt d’équilibre dans les recettes d’investissement. Cette dépense n’apparaît pas pour autant dans les dépenses d’investissement. Même incohérence avec les 294 000€ de travaux déjà financés pour la zone de la DGA et qui devraient être incorporés au budget annexe de cette opération, générant ainsi une recette d’investissement. La vente du grand dôme et en particulier de son parking est elle aussi oubliée des prévisions budgétaires. Peu de réponses sur ces questions autres que « tout cela sera intégré au budget supplémentaire ». Nous avons cependant pu observer que la lente réduction de l’endettement en cours depuis le début du mandat s’arrête cette année. A nouveau la stratégie de la majorité s’applique : nous dépensons aujourd’hui, les Villebonnais paieront demain mais aussi après, comme le montre la courbe de l’encours de la dette.

DetteCourbe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>