Conseil municipal du 26 novembre 2015

Révision du Plan Local d’Urbanisme : nous avons dit « non »

Cette révision du PLU propose de revenir sur des propositions inapplicables du PLU fait par la même majorité en 2013 : construction de logements sociaux au rond-point de l’Europe dans des terrains inondables, réduction de 50 à 20 logements sociaux sur un autre emplacement à proximité de l’avenue du général de Gaulle aussi situé en zone inondable.

Cependant la motivation essentielle de cette révision est de fixer les contours de ce que pourrait devenir le centre de la ville avec la possible opération sur le terrain de 4 hectares situé au long de la rue des Casseaux. Le PLU propose d’y implanter «  270 logements étudiants et au moins 400 logements diversifiés dont 40 % de logement sociaux » soit au moins 670 logements. Selon nos calculs que le cabinet d’études chargé de conseiller la ville n’a pas démenti, cela représente une densité d’habitation plus de deux fois supérieure à la zone des Coteaux ou bien 60 % plus grande que dans la quartier Camille Claudel à Palaiseau. Par ailleurs la formulation choisie, « au moins… » laisse la porte ouverte à une densité encore supérieure. Des immeubles sur 6 étages sont autorisés pour permettre cet entassement.

Vos élus de NEPV comprennent parfaitement la crise du logement qui frappe la région parisienne mais notre première responsabilité d’élu est de soutenir un projet qui produise des logements sociaux et privatifs dans lesquels chacun pourrait vivre.

Bilan de la concertation en préparation de la révision du Plan Local d’Urbanisme : affligeant

Le bilan de la concertation qui prélude à l’adoption du plan local d’urbanisme (PLU) s’est révélée affligeant. Oubliés les éléments envoyés par les représentants des parents d’élèves qui ont fait un sondage massif auprès des parents pour recenser les difficultés liées aux abords des écoles. Oubliés les propositions des élus de NEPV concernant en particulier l’extension de la promenade de l’Yvette. Oublié de faire un compte-rendu de la réunion avec les associations de défense de l’environnement. Oublié de faire la liste des associations ayant participé à cette réunion.

Comme Antoine Ser l’a dit dans son intervention, se concerter signifie étymologiquement travailler de concert. Clairement, la concertation s’est réduite ici à un travail entre le maire et le cabinet d’études en charge de la préparation de la révision du plan.

Délégués communautaires : une mâle représentation pour Villebon

A la nouvelle intercommunalité qui se met en place au 1er Janvier, Villebon sur Yvette dispose de deux sièges de conseillers communautaires à choisir parmi les quatre élus qui siégeaient à Europ’Essonne. D. Fontenaille a profité d’une faiblesse dans le texte législatif qui encadre cette élection sans imposer la parité, parité que le législateur impose lors des élections chaque fois que cela est possible, pour proposer une liste composée de Dominique Fontenaille et Patrick Batouflet. Seul argument avancé pour défendre une position aussi rétrograde, il faut bien que mon premier adjoint soit au courant des dossiers si jamais une difficulté personnelle survenait. La duperie faite aux électeurs et aux électrices de notre ville sur ce sujet remonte à la désignation des adjoints qui n’a pas respectée l’alternance homme/femme imposée par la loi dans la liste présentée aux électeurs. La parité dans la gestion de la commune, première promesse faite aux électeurs et électrices est bel et bien abandonnée.

Charte de gouvernance de Paris-Saclay  ou l’entre-soi loin des citoyens.

L’intercommunalité sur un territoire dense comme le notre est un maillon essentiel pour organiser la solidarité entre les communes et donc les voisins, les réseaux de transports, les réseaux d’assainissement, l’activité économique, etc. Elle doit s’intégrer dans la vie démocratique en étant gouverné par des élus responsables qui agissent publiquement, en permettant l’expression des groupes d’opposition. L’intercommunalité Paris-Saclay a une vision bien différente. Elle propose à notre approbation, une charte de gouvernance qui met l’ensemble de la structure sous le contrôle d’une conférence des maires. Cette conférence des maires prendra ses décisions lors de réunions à huis clos, réunions qui permettront toutes sortes de compromis. Le conseil communautaire n’aura plus qu’à publiquement avaliser le résultat des tractations occultes. La convention des élus destinés à informer l’ensemble des élus des conseils municipaux est optionnelle. Nous avons dit non à cette organisation d’un entre-soi qui vise à empêcher les représentants des citoyens d’être informés et de prendre part au débat public. Nous disons à la majorité municipale et au maire qu’ils ne peuvent pas se lamenter du désintérêt des citoyens, du niveau d’abstention et en même temps adopter une telle charte de gouvernance.

Quartier du Village : EHPAD et 81 logements sociaux : rien ne va plus.

Implanter un établissement d’hébergement des personnes âgées dépendantes (EHPAD) a proximité des lignes à haute tension n’est pas acceptable. Implanter des logements sociaux directement sous le bruit des avions et tirer prétexte qu’ils sont théoriquement destinés au personnel des aéroports n’est pas acceptable. Faire croire aux riverains du village qu’un doublement de la population du quartier sera sans conséquence sur la circulation n’est pas acceptable. Est-ce que le maire se pose les mêmes questions ? Est-ce pour cela qu’il rejette le choix de l’emplacement sur des choix faits par Jérôme Guedj, 8 ans auparavant lorsqu’il était vice-président du conseil général. Existe-t-il une seule commune où le maire ne pourrait pas choisir l’emplacement d’implantation des établissements sociaux ? Qui est responsable du PLU et qui a choisi cet emplacement dans le PLU adopté en 2013 ? En tout cas aujourd’hui, l’agence régionale de santé (ARS) dit non aux choix qui ont été faits, compromettant les projets d’implantation d’un EHPAD à Villebon. L’ARS motive son avis par la proximité des lignes à haute-tension. Pour l’instant, la mairie s’obstine et demande une révision de son avis à l’ARS.

One thought on “Conseil municipal du 26 novembre 2015

  1. PLU : pitié ! faites en sorte que la Municipalité cesse de bétonner notre ville et d’augmenter la population – donc les voitures – sans élargir les rues, créer des commerces, inciter des médecins à s »installer,….
    La vie devient infernale à Villebon, on est pris en otage dans les bouchons, et qu’on ne me parle pas de bus, ils ne peuvent circuler dans nos rues et contribuent juste à la pagaille générale et à la pollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>